En suivant la flèche sableuse

Entre terre et mer, un patchwork de paysages et d’ambiances s’enchevêtrent, du port de pêche de La Turballe, où les chalutiers vont et viennent, aux marais salants, où les hérons cendrés se délassent.

Au bout de la flèche sableuse de Pen Bron, après quelques coups de pédales, vous apercevrez Le Croisic, ses quais granitiques et son bassin de conchyliculture.

Ce petit bout du monde est une zone naturelle d’intérêt écologique, faunistique et floristique, propriété du Conservatoire du littoral et aussi classée zone Natura 2000.

Respirez, vous êtes au grand air…

1 – La criée de la Turballe

Les bacs jaunes et bleus se remplissent de poissons triés par espèce, qualité, taille et recouverts aussitôt d’une fine couche de glace pilée pour préserver leur fraîcheur et mettre en valeur le travail du pêcheur.

Alors que les odeurs iodées de bars, de maquereaux ou de seiches côtoient le bourdonnement des chariots élévateurs, la criée se vide au rythme des mareyeurs qui sélectionnent méticuleusement leurs marchandises.

Pour la visiter, il faudra se lever aux aurores.

2 – La pointe de Pen Bron

Coupée du monde jusqu’au XVIIIe siècle, la pointe de Pen Bron s’est façonnée au gré des vents et des marées.

Depuis La Turballe, il est aisé de faire le tour de ce théâtre de dunes blanches et grises, revêtues de mousses, de lichens et de chardons bleus, nommés panicauts de mer.

Après avoir longé une chaussée bordée de pins maritimes, vous profiterez à bâbord d’une jolie vue sur les formes mouvantes des marais de Guérande avant de déboucher sur le chenal du Croisic où se balancent les petites embarcations de pêche et de plaisance.

3 – Rencontre avec Philippe, le paludier

Gris clair le matin, blanc lumineux au zénith, violet au coucher du soleil : l’air salin agit tel un prisme sur les marais de Philippe Constant, au Mulon de Pen Bron.

Le paludier vous précèdera dans la mosaïque de trente œillets qu’il exploite depuis 2005. Il vous expliquera comment il récolte, trie et tamise à la main, dans la pure tradition millénaire, le précieux minéral, fruit de l’océan et du vent…

Aux beaux jours, vous aurez peut-être la chance d’assister à la prise de sel, si vous ne le cueillez pas vous-même à la boutique : fleur de sel de Guérande originale ou agrémentée de curry, poivre ou « pimientos ».

4 – Point de vue depuis le clocher

Ne vous laissez pas impressionner par Notre-Dame-de-la-Miséricorde, bâtie au sommet du coteau surplombant La Turballe.

Il est vrai que sa tour est haute : aux 70 mètres d’altitude, s’ajoutent les 45 mètres de son clocher carré. Pas étonnant que l’armée allemande en ait fait un poste d’observation durant l’Occupation.

De juillet à août, empruntez l’escalier de pierres en colimaçon qui se pour­suivra sous forme d’échelle. Un brin essoufflé ? Faites une pause sur le premier palier afin d’admirer la voûte de la charpente.

110 marches plus tard, la récompense : la Vilaine, la Loire, l’Atlantique et la Brière se dévoilent sous une rafraîchis­sante brise marine.

5 – Déjeuner au restaurant La Godille

De la criée à l’assiette, il n’y a qu’un pas ! A l’arrière du port de pêche de La Turballe, La Godille n’a pas à manœuvrer bien loin pour s’avitailler en poisson frais.

Alain Bourg, maître de l’écaille vous proposera son plat phare La Godaille, composé de grondins, petites raies, carrelets ou merlans en fonction de l’arrivage et accompagnés par quelques pommes de terre cuites au court-bouillon.

À moins que vous ne préféreriez un généreux plateau de fruits de mer – bulots, palourdes, tourteaux et huîtres – provenant de Kercabellec ?

En terrasse ensoleillée ou au coin de la cheminée, l’accueil est, dans tous les cas, des plus chaleureux.

 

Vous aimerez…

Ses dunes de sable
La pointe de Pen Bron a la particularité de constituer le plus grand massif dunaire naturel du département de Loire-Atlantique, abritant une faune et une flore pré­servées.

Son port de pêche 
Premier port de pêche des Pays de la Loire et huitième de France en tonnage, La Turballe s’est développée au XIXe siècle avec l’essor des conserveries.

Ses marais salants 
Entre dunes de sable et dunes de sel, les traicts du Croisic alimentent les 2000 hectares de marais salants de Guérande, labellisés Site Remar­quable du Goût.

 

Longueur : 20 km
Durée : 1h20
Niveau : Facile

 

INFORMATIONS PRATIQUES

Bureau d’information touristique de La Turballe
02 40 23 39 87

Ajoutez votre grain de sel